Logo

Journal


27/02 2014

All Around the World

Au Point Perché, The Absolut Company met un point d'honneur à stimuler les échanges entre artistes et chercheurs du monde entier en résidence à Paris, à travers conférences et débats. Le premier volet de cette série programmée par Nicola Setari, intitulée Artists'Soapbox Series en référence à ces orateurs qui, depuis le 19e siècle, montent sur une caisse de fortune pour improviser leurs tribunes, a rencontré un vif succès. 


C'est le collectif d'artistes Slavs and Tatars, déjà passé par New York en 2012 lors de la New Museum Triennal et la Kunsthalle de Zurich, dont les œuvres font partie des collections du MoMA de New York, qu'a inauguré ce rendez vous mensuel au Palais de Tokyo, représenté pour l'occasion par Payam Sharifi, l'un de ses fondateurs.





Superhéros soufie 

Passionnés par la sémantique, Molla Nasreddin, mythique théologien soufiste du 13e siècle féru d'humour satirique, ou encore par les relations entre Orient et Occident, Slavs and Tatars se sont fixés les peuples et régions d'Eurasie comme aire d'investigation, comprise pour eux entre l'ancien Mur de Berlin et la Grande Muraille de Chine. Au programme ? Colonialisme, politique, Moscou, la Mecque ou encore l'Azéri, langue officielle de l'Azerbaïdjan dont l'écrit mélange le latin, le cyrillique et le perse. Rien de moins. Une approche transversale vraiment passionnante où l'histoire des peuples rencontre la culture pop non dominante, et qui fait de Slavs and Tatars les dignes héritiers des fameuses Cultural Studies américaines, courant anti académique et critique travaillant sur les relations entre cultures et pouvoir. C'est l'artiste et dj italienne Chiara Fumai qui a clôturé la soirée en beauté avec un set électro­techno de grande classe.





Crédit photo : le Point Perché

Artiste(s):

Event(s):