Logo

Journal


28/05 2014

Albert Serra, le Salvador Dali d aujourd hui

De Don Quichotte aux rois mages, de Hitler à la tauromachie, l'Espagnol revisite l'histoire avec ferveur, entre utopie et ironie. 

Right to the point #4 / Artists' Soapbox Series : Rencontre avec Albert Serra


Pour le quatrième volet de Right to the Point, c'est un réalisateur, Albert Serra, que Nicola Setari a invité. L'occasion pour ce Catalan né en 1975 de nous présenter ce qui l'influence dans la réalisation de ses films, qui ont été présentés au Centre Pompidou, à la Documenta de Cassel ou à la Quinzaine des réalisateurs du festival de Cannes, en 2006 (Honor de cavallería), en étant plusieurs fois récompensés, notamment du Léopard d'or au dernier festival de Locarno avec Historia de la meva mort.


L'âge d'or 

Faire un lien entre utopie et ironie, Albert Serra connaît, lui qui admire tant l'esprit d’exagération de Dalí, dont Freud dira, après que l'Espagnol lui avait raconté ses rêves : "Quel fanatique !" Et comme Dalí, la tauromachie passionne Serra depuis son enfance : "Elle représente la quintessence de l’Espagne, toute sa mystique, son esthétique, son caractère". Fervent admirateur de Baudelaire et de Proust en littérature, ou encore du San Francisco Sound des années 60 emmené par des groupes comme The Charlatans, The Grateful Dead ou Jefferson Airplane, l'Espagnol voue aussi un culte au mythe grec de l'âge d'or, printemps éternel où l'existence des hommes était plus occupé par le festif que par la violence ou les jalousies. Dans son interprétation du Don Quichotte de Cervantès, son hidalgo, joué par un professeur de tennis à la retraite, confie d'ailleurs à Sancho Panza, parmi les nombreux sujets dont ils philosophent durant leur voyage : "L'Âge d'or était la meilleure des époques..."


Les trois petits cochons et le loup 

Dans Les Trois petits cochons, un film fleuve de 101 heures présenté à la Documenta de 2012, Albert Serra met en scène Goethe, Hitler et Fassbinder pour tracer, à travers son âge moderne et ces trois personnages antagonistes, un portrait de l'Allemagne d'aujourd'hui. Le plus dur, raconte-t-il, était de mettre en scène Hitler sans tomber dans les clichés. Parce que, explique-t-il, "il fait partie de ces personnages, comme Dalí ou Warhol, qui ont volontairement incorporé leur propre caricature à leur personnalité. Ils ont fait le travail eux-mêmes, avant nous".

Crédit photo : Albert Serra 

Artiste(s):